Articles site web 1200x800 (45)

Entre l’incompétence et le génie, quelle zone préfères-tu? [Épisode 44]

On le dit souvent, un échéancier c’est important dans la saine gestion d’un événement et d’une organisation. Pour nous, c’est l’un des 4 piliers de la gestion d’événements (avec le budget, la mission/vision et l’organigramme). Que ce soit lorsqu’on le met en place ou lorsqu’on en revise le contenu (surtout les responsabilités et les tâches), on peut rapidement constater que certains éléments qui nous incombent pourraient/devraient aller “dans la cour” de quelqu’un d’autre (ou être carrément éliminées!).

On propose donc d’explorer des outils pour identifier ce qu’on conserve

Les 4 zones de Gay Hendricks (tirées de son livre “Le grand bon”) :

  • La zone d’incompétence : toutes les activités pour lesquelles nous ne sommes pas doués (c’est souvent l’endroit où on s’entête à économiser un peu…).
  • La zone de compétence : une activité pour laquelle on est doué, mais qui pourrait très bien être faite par quelqu’un d’autre, où notre participation n’a pas de valeur ajoutée. C’est une zone où on passe normalement beaucoup trop de temps et d’énergie.
  • La zone d’excellence : les activités que l’on accomplit extrêmement bien. Habituellement, on gagne notre vie dans cette zone. Selon l’auteur, “[p]our les gens qui réussissent, cette zone est un piège séducteur et même dangereux parce qu’y demeurer vous empêche de faire un bond dans votre zone de génie. C’est l’endroit où vous êtes confortable et qui créera votre propre dépendance.”
  • La zone de génie : c’est l’ensemble des activités pour lesquelles on possède un don unique. C’est l’endroit où tu brilles, où tu vibres. C’est ce qui ne te coûte pas d’énergie (et même qui t’énergise). On peut le reconnaître avec les sensations intérieures, mais aussi par les commentaires des autres. Si c’est difficile pour toi d’identifier ce qui relève de ta zone de génie, passe voir Marie Forleo qui a du contenu exceptionnel pour t’aider à trouver ce qui te fait briller, tes talents particuliers, ton dessein.

Trouver sa zone de génie est un exercice extrêmement intéressant au point de vue personnel (on t’invite à t’y plonger si ça n’est pas déjà fait!) Un épisode qui pourrait te permettre de découvrir des outils pour le faire est notre Épisode 10 | Des outils pour mieux se connaître.

Et là tu te dis : c’est bien beau, mais concrètement, qu’est-ce que je peux faire?

  1. Identifier : dans une colonne supplémentaire de l’échéancier et pour chaque tâche/responsabilité, identifie dans quelle zone tu te trouves (ça peut être très intéressant comme exercice (ou troublant, ou décourageant… selon le cas!)).
  2. Filtrer : Crée une vue ou un filtre pour voir tout ce qui se trouve dans ta zone d’incompétence et de compétence afin de pouvoir l’identifier comme potentiellement “À déléguer”.
  3. Éliminer : avant de penser déléguer, fais comme en gestion des matières résiduelles (le principe des 3RV) et réduis d’abord (dans notre cas : élimine carrément la tâche si elle n’est pas nécessaire/importante/bien définie).
  4. Déléguer :  applique le processus de délégation en 4 étapes de Theresa Loe :
  1. Laisse-moi te le montrer – Tu exécutes la tâche, l’autre regarde, pose des questions et prend des notes.
  2. Laisse-moi te mentorer – Tu établis les critères, tu reviens sur les étapes, tu cibles les résultats attendus.
  3. Laisse-moi te regarder le faire – Tu regardes, sans faire de commentaires durant le processus et vous faites une rétroaction par la suite.
  4. Laisse faire! – c’est clair : décroche!

À ne pas oublier : on parle d’actions dans l’échéancier pour éviter les termes tâches/responsabilités, justement parce que ces termes sont délicats. Quand on délègue, pour permettre à l’autre de se sentir pleinement impliqué, il faut déléguer une responsabilité et non une tâche. La tâche déléguée crée un automate. La responsabilité déléguée crée un responsable! Lorsqu’on délègue une responsabilité, on donne des outils, on demande un résultat et on offre de la liberté dans le “comment” ce sera fait.

Laisser faire, décrocher et lâcher le contrôle, lorsqu’on délègue, permet de garantir l’adhésion de l’autre et son appropriation du résultat. C’est le meilleur moyen de créer une relation gagnant-gagnant.

Partage cet épisode!

Pour plus d'inspirations...